Actualités

Partager
5e édition du dépistage du diabète avec les Canadiens de Montréal
5e édition du dépistage du diabète avec les Canadiens de Montréal

Le 13 novembre prochain aura lieu la collecte de sang annuelle du Canadien de Montréal au Centre Bell. Organisée en collaboration avec Héma-Québec et Evenko, cette collectece de sang est l'une des plus importantes tenues au Canada. Tout au long de la journée, d’anciens joueurs des Canadiens et des membres actuels de l’organisation viennent remercier les généreux donneurs. Grâce à la participation de la Financière Sun Life et de Diabète Québec, un espace de sensibilisation et de prévention du diabète est animé. Cette initiative permet, à tout ceux qui le désirent, de se faire dépister et de recevoir de l’information sur la maladie et les stratégies pour la contrôler et la prévenir. 

Novembre 2017 - Célébrons le mois du diabète!
Novembre 2017 - Célébrons le mois du diabète!
La campagne de la Journée mondiale du diabète 2017 de la FID porte sur le thème « Les femmes et le diabète - Notre droit à une bonne santé»
 
Cette année, la FID désire attirer l’attention sur l’importance d’un accès abordable et équitable, pour toutes les femmes atteintes de diabète ou à risque, aux médicaments et technologies essentiels pour le diabète, à l’éducation, à la gestion autonome et à l’information dont elles ont besoin pour bien gérer leur condition et renforcer leur capacité à prévenir le diabète de type 2. Actuellement, il y a plus de 199 millions de femmes atteintes de diabète dans le monde et ce total devrait augmenter à 313 millions d’ici 2040. Les rôles liés aux genres et les dynamiques du pouvoir influent sur la vulnérabilité au diabète, affectent l’accès aux services de santé et amplifient l’impact du diabète chez les femmes.
 
Le diabète est la neuvième cause de décès chez les femmes à l’échelle mondiale, ce qui représente 2,1 millions de décès chaque année. En raison des conditions socioéconomiques, les filles et les femmes atteintes de diabète rencontrent des obstacles à l’accès à la prévention, au dépistage précoce, au diagnostic, au traitement et aux soins, en particulier dans les pays en voie de développement. Les inégalités socioéconomiques exposent les femmes aux principaux facteurs de risque du diabète, comme la mauvaise alimentation, l’inactivité physique, la consommation de tabac et l’utilisation nocive de l’alcool.
 
Deux femmes sur cinq atteintes de diabète sont en âge de procréer, ce qui représente plus de 60 millions de femmes dans le monde. Les femmes atteintes de diabète ont plus de difficulté à concevoir et peuvent rencontrer des problématiques lors de la grossesse. Sans planification préalable à la conception, le diabète de type 1 et de type 2 peut entraîner un risque significativement plus élevé de mortalité et de morbidité maternelle et infantile.
 
Environ une naissance sur 7 est affectée par le diabète gestationnel (DMG), une menace grave et négligée pour la santé de la mère et de l’enfant. Beaucoup de femmes atteintes de DMG subissent des complications liées à la grossesse, notamment une pression artérielle élevée, des bébés de grand poids à la naissance et une accouchement difficile. Un nombre important de femmes atteintes de DMG développent un diabète de type 2 plus tard, entraînant d’autres complications et coûts de santé.
 
La stigmatisation et la discrimination auxquelles sont confrontées les personnes atteintes de diabète sont particulièrement prononcées pour les filles et les femmes, qui portent un double fardeau de discrimination en raison de leur état de santé et des inégalités perpétrées dans les sociétés dominées par les hommes. Ces inégalités peuvent décourager les filles et les femmes de rechercher un diagnostic et un traitement, ce qui les empêche d’obtenir des résultats positifs pour leur santé.
 
 
Source: IDF, 2017
Recrutement de participants dans la région de l'Outaouais pour une étude sur le métabolisme musculaire
Recrutement de participants dans la région de l'Outaouais pour une étude sur le métabolisme musculaire
Le laboratoire du Dr Céline Aguer de l'Institut de recherche de l'Hôpital Montfort à Ottawa est actuellement à la recherche d'hommes âgés entre 40 et 65 ans, non fumeurs, diabétiques de type 2 ou non pour participer à une étude clinique visant à évaluer l'effet du niveau d’activité physique et de la masse corporelle sur le métabolisme musculaire.
 
Cette étude implique 2 visites au centre de recherche. Une compensation financière est prévue.
 
 
Pour en savoir plus, contactez :
 
Hamdi Jaafar
Tél.: 613-746-4621, poste 6071
hamdijaafar@montfort.on.ca

 

3e Journée de formation scientifique en diabète pour les professionnels de la santé
3e Journée de formation scientifique en diabète pour les professionnels de la santé
Diabète Québec organise le 13 octobre prochain une journée de formation en diabète au Centre des congrès et d'expositions de Lévis.
 
Cette formation s'adresse à tous les professionnels de la santé oeuvrant auprès des personnes diabétiques.
 
Pour tous les détails, rendez-vous sur le site de Diabète Québec.

 

L'été est à nos portes! Voici de judicieux conseils pour bouger cet été!
L'été est à nos portes! Voici de judicieux conseils pour bouger cet été!
Profitez de la période estivale pour sortir et vous mettre en forme!
 
Seulement 39 % des adultes au Québec répondent aux normes canadiennes en matière d’activité physique (Statistiques Canada, 2009-2010).
 
On est trop fatigué, on manque de temps, d’argent ou d’équipement, il fait trop froid ou trop chaud, il pleut… Les excuses pour ne pas faire d’activité physique ne manquent pas!
 
Passer à l’action!
 
Même en connaissant les multiples bienfaits que l’activité physique peut apporter à notre santé, nous sommes beaucoup à ne pas être assez actifs par manque de motivation. Habituellement, le moment le plus difficile lorsque l’on décide de faire de l’exercice est de s’y mettre.
 
Lisez cet article afin de sortir vous dégourdir les jambes!
2e Journée de formation scientifique en diabète pour les professionnels de la santé - Édition 2017
2e Journée de formation scientifique en diabète pour les professionnels de la santé - Édition 2017
Diabète Québec organise le 12 mai prochain une journée de formation en diabète au Palais des congrès de Montréal.
 
Cette formation s'adresse à tous les professionnels de la santé oeuvrant auprès des personnes diabétiques.
 
Pour tous les détails, rendez-vous sur le site de Diabète Québec.
Certaines mutations génétiques impliquées dans la morphologie augmenteraient le risque de diabète de type 2
Certaines mutations génétiques impliquées dans la morphologie augmenteraient le risque de diabète de type 2
Des mutations génétiques favorisant l'accumulation de graisse au niveau de l'abdomen au lieu des hanches et des fesses seraient impliquées dans le développement du diabète de type 2 et les maladies cardiovasculaires, révèle une étude publiée cette semaine dans la revue JAMA.
 
Depuis longtemps, il est connu qu'une corrélation existe entre le niveau d'adiposité abdominale et les maladies cardiométaboliques, mais aucun lien de cause à effet n'avait jusqu'alors été établi.
 
Selon le Dr Sekar Kathiresan, professeur adjoint de médecine à l'Université de Harvard et principal auteur de cette étude, « des prédispositions génétiques à l'adiposité abdominale accroissent bien le risque de diabète adulte et de maladies coronaires, en dehors d'autres facteurs comme le régime alimentaire, le tabagisme ou le manque d'exercice physique ».
 
Ces résultats suggèrent aussi que la distribution de la graisse dans le corps, au-delà de la simple mesure de l'indice de masse corporelle (IMC), peut expliquer en partie les variations du risque de diabète de type 2 et de maladies cardiovasculaires dans divers groupes et sous-groupes de populations.
 
Lisez l'étude complète pour obtenir tous les détails.

 

Augmentation de la prévalence du prédiabète chez les Américains ayant un poids santé
Augmentation de la prévalence du prédiabète chez les Américains ayant un poids santé
Près d'un Américains sur cinq ayant un poids santé est atteint de prédiabète, révèle une étude publiée dans l'édition juillet-août 2016 de la revue Annals of Family Medicine. Dans cette étude, les chercheurs ont examiné les données de la U.S. National Health and Nutrition Examination Surveys de 1988 à 1994 et de 1999 à 2012. Le poids santé était défini par un indice de masse corporel (IMC) de 18,5 à 24,9 kg/m².
 
Ainsi, le taux de personnes avec un poids santé qui étaient prédiabétiques est passé de 10,2 à 18,5%. Par ailleurs, le pourcentage de personnes de plus de 45 ans avec prédiabète a augmenté de 22% à 33,1%. Finalement, le pourcentage de personnes qui avaient un tour de taille élevé malgré un IMC normal est grimpé de 5,6% à 7,6%.
 
Plusieurs hypothèses ont été émises par les chercheurs pour expliquer ces résultats, dont l'augmentation générale de la sédentarité, malgré une mauvaise qualité de l'alimentation qui serait demeurée stable à travers les années.
 
Lisez l'étude complète pour obtenir tous les détails.