Actualités

Partager
Nouveaux outils en matière de saine alimentation: L’Assiette Bien manger et l’application Mon Guide alimentaire
Nouveaux outils en matière de saine alimentation: L’Assiette Bien manger et l’application Mon Guide alimentaire

Santé Canada a lancé deux nouveaux outils en matière de saine alimentation qui modernisent la façon dont les Canadiens peuvent avoir accès et utiliser le Guide alimentaire canadien : L’Assiette Bien manger et l’application mobile Mon Guide alimentaire.

 

L'Assiette Bien manger aide à suivre le guide Bien manger avec le Guide alimentaire canadien lorsqu'on a à planifier et à préparer des repas. L'Assiette Bien manger présente les proportions des groupes alimentaires et encourage à remplir la moitié de l'assiette de légumes et de fruits.

 

L’application mobile Mon guide alimentaire permet de trouver des renseignements sur la saine alimentation partout et en tout temps. Il faut sélectionner son âge, son sexe et ses préférences alimentaires pour obtenir un Guide alimentaire personnalisé.

 

 

Nouvelle clinique à Montréal pour la prévention et le traitement du diabète
Nouvelle clinique à Montréal pour la prévention et le traitement du diabète
Cette nouvelle clinique de l'Université de Montréal offre des consultations individuelles pour les personnes à risque de diabète et pour les personnes atteintes de diabète.
 
Des services nutritionnels spécialisés pour la promotion et le maintien des saines habitudes alimentaires ainsi que pour la perte de poids en vue de la prévention et du traitement préventif du diabète de type 2 sont offerts.
 

Services

  • Évaluation nutritionnelle par une diététiste professionnelle et remise d’outils nutritionnels personnalisés.
  • Évaluation médicale par un endocrinologue offerte à la clinique en complémentarité à la consultation nutritionnelle.
  • Programme de perte de poids avec une diététiste professionnelle (consultations nutritionnelles individuelles sur une étendue de 6 mois).
 
Consulter le site Internet de la Clinique universitaire de nutrition pour plus de détails sur ces services ou pour prendre un rendez-vous, ou appeler au 514 343-7055.
Risque accru de diabète pour les femmes souffrant de stress post-traumatique
Risque accru de diabète pour les femmes souffrant de stress post-traumatique
Les femmes souffrant de stress post-traumatique ont près de deux fois plus de risques de développer du diabète adulte que celles qui ne sont pas atteintes de ce trouble, révèle une vaste étude américaine publiée mercredi.
 
Les chercheurs ont analysé les données d'une recherche menée de 1989 à 2011 sur près de 50 000 femmes aux États-Unis.
 
Ils ont constaté une forte corrélation entre la sévérité du trouble de stress post-traumatique (TSPT) et le niveau de risque de diabète adulte.
 
Selon les statistiques, une femme sur neuf souffrira de TSPT au cours de sa vie, soit deux fois plus que les hommes.
 
Il y a une plus grande probabilité pour les femmes de vivre des expériences très traumatisantes comme le viol ou d'autres violences physiques et mentales qui provoquent souvent ce trouble, expliquent ces scientifiques. Les autres événements traumatisants pouvant conduire au TSPT étudiés dans cette recherche sont les accidents de voiture et la perte soudaine d'un être cher.
 
Quelque 4% des femmes dans cette étude ont fait part de symptômes de stress post-traumatique. Et dans ce groupe près de 12% sont devenues diabétiques à 60 ans, contre un peu moins de 7% chez celles n'ayant pas souffert de TSPT, précisent les auteurs de ces travaux parus en ligne dans le Journal of the American Medical Association, Psychiatry.
 
Chez les femmes ayant ce trouble, l'usage d'antidépresseurs et un surpoids important comptent au total pour près de 50% dans l'accroissement du risque de devenir diabétique (34% pour les antidépresseurs, 14% pour le surpoids).
 
En revanche, le fait de fumer, de consommer de l'alcool ou d'être sédentaire n'augmente pas apparemment ce risque chez ces femmes, soulignent les chercheurs.
 
«Non seulement le TSPT est dévastateur pour la santé mentale, mais il a aussi des effets néfastes sur la santé physique, accroissant le risque de maladies cardiovasculaires, de diabète et d'obésité», explique Karestan Koenen, professeur d'épidémiologie à la faculté de médecine de l'Université Columbia à New York.
 
«Vu que moins de la moitié des Américains souffrant de TSPT sont soignés, notre étude met en lumière l'urgence d'intensifier les efforts pour améliorer l'accès aux traitements pour la santé mentale et répondre aux facteurs contribuant au diabète et à d'autres maladies chroniques», a souligné Andrea Roberts, une chercheuse à faculté de santé publique de l'Université de Harvard, coauteur de cette recherche.
 
Ces travaux s'appuient également des résultats d'études faites précédemment, dont une en 2013, établissant un lien entre le TSPT et l'obésité.
 
D'autres recherches ont montré une corrélation entre des problèmes de santé mentale comme l'anxiété, la phobie sociale et l'agoraphobie, et le diabète adulte.
 
D'autres études sont nécessaires pour identifier les mécanismes biochimiques de ce lien entre le syndrome traumatique et le diabète de type 2 ainsi que de possibles autres effets comme des troubles du sommeil, soulignent les auteurs.
 
Source: Agence France-Presse
Nouveau livre de recettes! 12 repas 5 services pour personnes diabétiques et autres gourmets
Nouveau livre de recettes! 12 repas 5 services pour personnes diabétiques et autres gourmets
 
Pour célébrer son 60e anniversaire, Diabète Québec a conçu un livre unique destiné aux personnes diabétiques, où repas festifs et saine alimentation se côtoient harmonieusement.
 
Le projet a été chapeauté par Julie St-Jean, nutritionniste à Diabète Québec et rassemble soixante recettes gastronomiques issues des plus grands chefs québécois: Jean-Luc Boulay, Patrice Demers, Anne Desjardins, Caroline Dumas, Stefano Faita, Jérôme Ferrer, Jonathan Garnier, Marc-André Jetté, Martin Juneau, Lily Sirikittikul, Jean Soulard et Danny St-Pierre.
 
Toutes les recettes sont accompagnées d’une photo et affichent l’information nutritionnelle, ce qui permet de profiter de ces menus gourmands de façon éclairée. Le livre présente également des entrevues exclusives avec chaque chef et le comédien Raymond Bouchard, généreux porte-parole de Diabète Québec depuis plus de vingt ans. 
 
En librairie le 12 novembre.
 
Ce livre a été rendu possible en partie grâce à la contribution de la Financière Sun Life qui s’est engagée à prévenir le diabète.
Prévenir le diabète chez les enfants en déjeunant tous les matins!
Prévenir le diabète chez les enfants en déjeunant tous les matins!
Manger avant de commencer sa journée permettrait de limiter le gain de poids, mais aussi de réduire les risques de diabète chez les enfants, selon les résultats d'une étude réalisée par des médecins de la St. George's University of London et publiée dans la revue scientifique Plos Medicine.
 
Pour arriver à de telles conclusions, les chercheurs ont mené des recherches auprès de plus de 4000 enfants âgés de 9 à 10 ans. Ils se sont intéressés à la fréquence et à la composition de leur déjeuner et on mesurer les taux de glycémie et d’insulinémie à jeun ainsi que d’hémoglobine glyquée (A1C). 
 
26% des enfants ont répondu ne pas déjeuner à tous les matins. Leurs résultats sanguins ont démontré une résistance à l’insuline avec des taux plus élevés d’insulinémie, de glycémie et d’A1C, comparativement aux enfants qui mentionnaient déjeuner à tous les jours. Ils sont donc plus exposés au risque de diabète de type 2 que les autres. 
 
Par ailleurs, parmi les enfants ayant complété un relevé alimentaire de 24 heures, ceux qui mentionnaient manger des céréales à déjeuner riches en fibres avaient une plus faible résistance à l’insuline que ceux mangeant des aliments gras et raffinés. 
 
Les auteurs ont conclu l’étude en mentionnant que « la prise régulière du déjeuner, particulièrement celui incluant des céréales riches en fibres, pourrait protéger contre le développement précoce du risque de diabète de type 2 ».
 
Référence: Donin AS, Nightingale CM, Owen CG, Rudnicka AR, Perkin MR, et al. (2014) Regular Breakfast Consumption and Type 2 Diabetes Risk Markers in 9- to 10-Year-Old Children in the Child Heart and Health Study in England (CHASE): A Cross-Sectional Analysis. PLoS Med 11(8): e1001703. doi:10.1371/journal.pmed.1001703  
Sucre ajouté dans les aliments: changement dans l'étiquetage alimentaire au Canada
Sucre ajouté dans les aliments: changement dans l'étiquetage alimentaire au Canada

Ottawa propose des modifications à l'étiquetage nutritionnel apposé sur l’emballage des aliments. La quantité de sucre ajouté figure en tête de liste de ces changements.

 

Source: Santé Canada

 

Le gouvernement fédéral propose trois changements concernant le sucre dans l'étiquetage, afin de distinguer les sucres ajoutés des sucres présents naturellement dans les aliments :
 
- le format du tableau de la valeur nutritive;
- la liste des ingrédients;
- le % des valeurs quotidiennes.
 
On retrouvera tous les sucres, glucose, fructose, miel et sirop sous le terme sucre dans la liste des ingrédients. Les portions de référence devraient également être harmonisées entre les produits de même catégorie.
 
La ministre de la Santé, Rona Ambrose, a lancé lundi une série de consultations publiques en ligne sur les changements proposés. Ces consultations se dérouleront jusqu'au 11 septembre. La ministre affirme que ces changements permettront aux consommateurs de faire plus facilement des choix sains.
 
800 km à vélo en 5 jours pour une bonne cause: la prévention du diabète!
800 km à vélo en 5 jours pour une bonne cause: la prévention du diabète!
Du 23 au 27 juin 2014, 26 conseillers et employés de la Financière Sun Life pédaleront pour amasser des fonds pour une cause qui est chère à l'entreprise : la prévention du diabète. Ce périple les mènera de Peterborough à Chicoutimi en passant notamment par Blainville, Lachenaie,Trois-Rivières et Québec.
 
L'esprit d'équipe et la cause motivent les cyclistes qui s'entraînent déjà avec vigueur, parce qu'un tel parcours, ça se prépare!
 
Aidez-nous à soutenir la cause du diabète et encouragez les cyclistes dans leur défi en donnant!
 
Pour plus d'informations: Cyclo-Défi Financière Sun Life
Grands amateurs de café, vous réduisez votre risque de diabète de type 2!
Grands amateurs de café, vous réduisez votre risque de diabète de type 2!

En augmentant leur consommation de café, les buveurs de café réduiraient leur risque de développer le diabète de type 2 par rapport à ceux qui continuent à boire les mêmes quantités, avancent les auteurs d'une étude publiée vendredi dans la revue Diabetologia.

 

Dr Frank Hu de l'École de santé publique Harvard à Boston et son équipe ont analysé trois études américaines portant sur quelques 120 000 personnes, majoritairement des professionnels de santé. Les résultats révèlent que le fait de boire une tasse et demie de café supplémentaire par jour pendant quatre ans permettait de réduire de 11% le risque de développer le diabète de type 2.

 

À l'inverse, une diminution de la consommation de deux tasses de café par jour augmenterait le risque de diabète de l'ordre de 18%.

 

Les chercheurs affirment avoir trouvé le même résultat, quelle que soit la quantité de café consommée au départ.

 

Commentant l'étude, des experts cités par le Science Media Center ont mis en garde la population contre toute extrapolation des résultats. «Aucune recommandation de consommation de café ne peut être tirée de cette étude», ont-ils dit, soulignant notamment qu'elle portait sur des modifications de consommation et non sur des consommations absolues et qu'elle n'évaluait que les effets à court terme du café sur le risque de diabète.

 

Aucune association n'a de surcroît été trouvée avec la consommation de café décaféiné, ni avec celle de thé par les auteurs de l'étude qui précisent que les amateurs de thé, plus casaniers, ont été «relativement peu nombreux» à changer leurs habitudes au cours de la période étudiée.

 

L'étude a été financée principalement par l'American Heart Association, l'un des auteurs ayant par ailleurs bénéficié d'une bourse de recherche de Nestec, une filiale du groupe Nestlé, pour étudier les effets de la consommation de café sur la sensibilité à l'insuline.

 

Source: Agence France-Presse