Actualités

Partager
Nouveau livre de recettes! 12 repas 5 services pour personnes diabétiques et autres gourmets
Nouveau livre de recettes! 12 repas 5 services pour personnes diabétiques et autres gourmets
 
Pour célébrer son 60e anniversaire, Diabète Québec a conçu un livre unique destiné aux personnes diabétiques, où repas festifs et saine alimentation se côtoient harmonieusement.
 
Le projet a été chapeauté par Julie St-Jean, nutritionniste à Diabète Québec et rassemble soixante recettes gastronomiques issues des plus grands chefs québécois: Jean-Luc Boulay, Patrice Demers, Anne Desjardins, Caroline Dumas, Stefano Faita, Jérôme Ferrer, Jonathan Garnier, Marc-André Jetté, Martin Juneau, Lily Sirikittikul, Jean Soulard et Danny St-Pierre.
 
Toutes les recettes sont accompagnées d’une photo et affichent l’information nutritionnelle, ce qui permet de profiter de ces menus gourmands de façon éclairée. Le livre présente également des entrevues exclusives avec chaque chef et le comédien Raymond Bouchard, généreux porte-parole de Diabète Québec depuis plus de vingt ans. 
 
En librairie le 12 novembre.
 
Ce livre a été rendu possible en partie grâce à la contribution de la Financière Sun Life qui s’est engagée à prévenir le diabète.
Prévenir le diabète chez les enfants en déjeunant tous les matins!
Prévenir le diabète chez les enfants en déjeunant tous les matins!
Manger avant de commencer sa journée permettrait de limiter le gain de poids, mais aussi de réduire les risques de diabète chez les enfants, selon les résultats d'une étude réalisée par des médecins de la St. George's University of London et publiée dans la revue scientifique Plos Medicine.
 
Pour arriver à de telles conclusions, les chercheurs ont mené des recherches auprès de plus de 4000 enfants âgés de 9 à 10 ans. Ils se sont intéressés à la fréquence et à la composition de leur déjeuner et on mesurer les taux de glycémie et d’insulinémie à jeun ainsi que d’hémoglobine glyquée (A1C). 
 
26% des enfants ont répondu ne pas déjeuner à tous les matins. Leurs résultats sanguins ont démontré une résistance à l’insuline avec des taux plus élevés d’insulinémie, de glycémie et d’A1C, comparativement aux enfants qui mentionnaient déjeuner à tous les jours. Ils sont donc plus exposés au risque de diabète de type 2 que les autres. 
 
Par ailleurs, parmi les enfants ayant complété un relevé alimentaire de 24 heures, ceux qui mentionnaient manger des céréales à déjeuner riches en fibres avaient une plus faible résistance à l’insuline que ceux mangeant des aliments gras et raffinés. 
 
Les auteurs ont conclu l’étude en mentionnant que « la prise régulière du déjeuner, particulièrement celui incluant des céréales riches en fibres, pourrait protéger contre le développement précoce du risque de diabète de type 2 ».
 
Référence: Donin AS, Nightingale CM, Owen CG, Rudnicka AR, Perkin MR, et al. (2014) Regular Breakfast Consumption and Type 2 Diabetes Risk Markers in 9- to 10-Year-Old Children in the Child Heart and Health Study in England (CHASE): A Cross-Sectional Analysis. PLoS Med 11(8): e1001703. doi:10.1371/journal.pmed.1001703  
Sucre ajouté dans les aliments: changement dans l'étiquetage alimentaire au Canada
Sucre ajouté dans les aliments: changement dans l'étiquetage alimentaire au Canada

Ottawa propose des modifications à l'étiquetage nutritionnel apposé sur l’emballage des aliments. La quantité de sucre ajouté figure en tête de liste de ces changements.

 

Source: Santé Canada

 

Le gouvernement fédéral propose trois changements concernant le sucre dans l'étiquetage, afin de distinguer les sucres ajoutés des sucres présents naturellement dans les aliments :
 
- le format du tableau de la valeur nutritive;
- la liste des ingrédients;
- le % des valeurs quotidiennes.
 
On retrouvera tous les sucres, glucose, fructose, miel et sirop sous le terme sucre dans la liste des ingrédients. Les portions de référence devraient également être harmonisées entre les produits de même catégorie.
 
La ministre de la Santé, Rona Ambrose, a lancé lundi une série de consultations publiques en ligne sur les changements proposés. Ces consultations se dérouleront jusqu'au 11 septembre. La ministre affirme que ces changements permettront aux consommateurs de faire plus facilement des choix sains.
 
800 km à vélo en 5 jours pour une bonne cause: la prévention du diabète!
800 km à vélo en 5 jours pour une bonne cause: la prévention du diabète!
Du 23 au 27 juin 2014, 26 conseillers et employés de la Financière Sun Life pédaleront pour amasser des fonds pour une cause qui est chère à l'entreprise : la prévention du diabète. Ce périple les mènera de Peterborough à Chicoutimi en passant notamment par Blainville, Lachenaie,Trois-Rivières et Québec.
 
L'esprit d'équipe et la cause motivent les cyclistes qui s'entraînent déjà avec vigueur, parce qu'un tel parcours, ça se prépare!
 
Aidez-nous à soutenir la cause du diabète et encouragez les cyclistes dans leur défi en donnant!
 
Pour plus d'informations: Cyclo-Défi Financière Sun Life
Grands amateurs de café, vous réduisez votre risque de diabète de type 2!
Grands amateurs de café, vous réduisez votre risque de diabète de type 2!

En augmentant leur consommation de café, les buveurs de café réduiraient leur risque de développer le diabète de type 2 par rapport à ceux qui continuent à boire les mêmes quantités, avancent les auteurs d'une étude publiée vendredi dans la revue Diabetologia.

 

Dr Frank Hu de l'École de santé publique Harvard à Boston et son équipe ont analysé trois études américaines portant sur quelques 120 000 personnes, majoritairement des professionnels de santé. Les résultats révèlent que le fait de boire une tasse et demie de café supplémentaire par jour pendant quatre ans permettait de réduire de 11% le risque de développer le diabète de type 2.

 

À l'inverse, une diminution de la consommation de deux tasses de café par jour augmenterait le risque de diabète de l'ordre de 18%.

 

Les chercheurs affirment avoir trouvé le même résultat, quelle que soit la quantité de café consommée au départ.

 

Commentant l'étude, des experts cités par le Science Media Center ont mis en garde la population contre toute extrapolation des résultats. «Aucune recommandation de consommation de café ne peut être tirée de cette étude», ont-ils dit, soulignant notamment qu'elle portait sur des modifications de consommation et non sur des consommations absolues et qu'elle n'évaluait que les effets à court terme du café sur le risque de diabète.

 

Aucune association n'a de surcroît été trouvée avec la consommation de café décaféiné, ni avec celle de thé par les auteurs de l'étude qui précisent que les amateurs de thé, plus casaniers, ont été «relativement peu nombreux» à changer leurs habitudes au cours de la période étudiée.

 

L'étude a été financée principalement par l'American Heart Association, l'un des auteurs ayant par ailleurs bénéficié d'une bourse de recherche de Nestec, une filiale du groupe Nestlé, pour étudier les effets de la consommation de café sur la sensibilité à l'insuline.

 

Source: Agence France-Presse

Le régime méditerranéen pour prévenir le diabète de type 2
Le régime méditerranéen pour prévenir le diabète de type 2

Le régime méditerranéen réduirait le risque de diabète, surtout chez les gens dont le risque de maladie cardiovasculaire est élevé, selon les résultats d’une étude présentée lors de la 63e réunion scientifique annuelle de l’American College of Cardiology.

 

Les données relevées par le Dr Panagiotakos et son équipe révèlent que l’adhérence au régime méditerranéen est  associée à une diminution de 21 % du risque de souffrir du diabète de type 2, comparativement à l’alimentation des groupes témoins. Cette réduction atteint 27 % chez les sujets qui présentent un risque élevé de maladie cardiovasculaire.

 

Ces conclusions découlent d’une méta-analyse de 19 études regroupant plus de 162 000 participants, autant d’origine européenne que non européenne et suivi durant 5,5 ans. Les chercheurs ont constaté une réduction du risque de diabète chez toutes les populations.

 

Le régime méditerranéen est habituellement composé de légumes et de fruits frais, de grains entiers, de produits laitiers maigres, de légumineuses, de poisson, de noix et de graines, d’huile d’olive et même d’une petite quantité de vin rouge.

 

Des études antérieures avaient associé le régime méditerranéen à une perte de poids, une réduction de maladies cardiovasculaires et à des niveaux réduits de tension artérielle et de cholestérolémie.

Garder le poids gagné durant la grossesse met les mères à risque de diabète de type 2
Garder le poids gagné durant la grossesse met les mères à risque de diabète de type 2

Les nouvelles mamans qui ne retrouvent pas au cours de la première année le poids qu’elles avaient avant la grossesse pourraient augmenter leurs risques de développer le diabète ou une maladie cardiaque, ou de subir un accident vasculo-cérébral plus tard dans leur vie, conclut une nouvelle étude.

 

Dans un article publié mardi dans le magazine scientifique Diabetes Care, des chercheurs torontois ont constaté que des femmes conservant un excès de poids pendant de trois à 12 mois après l’accouchement étaient davantage à risque pour le diabète et les maladies cardiovasculaires.

 

Au dire du principal auteur de l’étude, le Dr Ravi Retnakaran, les femmes n’ayant pas perdu de poids souffraient d’une pression artérielle plus élevée, de taux plus élevés de «mauvais cholestérol», résistaient davantage à l’insuline et présentaient une plus faible quantité d’une certaine hormone qui protégerait contre le diabète et les maladies cardiovasculaires.

 

Selon le médecin, les conséquences négatives d’un excès de poids suivant la grossesse peuvent apparaître beaucoup plus rapidement que prévu — au cours des 12 premiers mois suivant l’accouchement.

 

Pour mener leur étude, les chercheurs ont suivi 305 patientes en médecine obstétrique durant leur grossesse et au cours de l’année suivante. Environ 75 pour cent des femmes ont perdu au moins une partie de leur poids en moins d’un an. Des tests effectués trois et 12 mois après la naissance ont montré que leurs niveaux de cholestérol, leur pression artérielle et d’autres mesures cardiométaboliques étaient encourageantes.

 

Chez le quart des femmes n’ayant pas perdu de poids ou ayant même grossi davantage après l’accouchement, les signes médicaux étaient plus inquiétants après 12 mois qu’ils ne l’étaient après trois mois.

 

Pour le Dr Retnakaran, ces risques ne sont pas particulièrement inquiétants, puisque ces jeunes mères sont souvent dans la mi-vingtaine et en très bonne santé. Cependant, si ces conditions physiologiques se maintiennent pendant 20 ans, les risques de développer du diabète ou des maladies cardiovasculaires sont beaucoup plus élevés.

 

Les effets de la conservation du poids après l’accouchement sont semblables à ceux vécus par les femmes souffrant de diabète pendant la grossesse, ce qui, ont révélé des études, fait augmenter leurs risques de maladies cardiovasculaires plus tard.

 

«C’est le même concept, un concept très important, puisqu’il démontre que c’est à ce moment-là que vous voulez intervenir», mentionne le Dr Retnakaran.

 

Certains choix santé semblent faire une différence: les nouvelles mamans étant plus physiquement actives, particulièrement celles pratiquant le sport, étaient moins à risque de traîner des kilos en trop pendant la période de trois à 12 mois après l’accouchement, révèle l’étude.

Prévenir le diabète de type 2 en mangeant davantage de petits fruits
Prévenir le diabète de type 2 en mangeant davantage de petits fruits

Une récente étude, publiée dans l’American Journal of Clinical Nutrition, avait pour objectif d’évaluer la relation entre la consommation de fruits, de baies et de légumes et l'incidence du diabète de type 2 chez les hommes.

 

2 332 hommes âgés de 42 à 60 ans sans diabète de type 2 et sans anomalie de la glycémie à jeun ont été suivis entre 1984 et 1989. Leur prise alimentaire a été évaluée via un registre alimentaire de 4 jours. Le DT2 a été évalué par des questionnaires, des tests (glycémie à jeun, test oral de tolérance au glucose) et l’exploitation du registre de remboursement des dépenses en médicaments associés au diabète.

 

Pendant la durée moyenne du suivi (19,3 ans), 432 cas de diabète de type 2 ont été recensés. Le risque de développer le diabète était plus faible chez les consommateurs de fruits, baies et légumes (HR : 0,76, IC à 95% : 0,57-1,02). Après une analyse séparée, il s’est avéré que le risque était très faible chez les consommateurs de baies (HR : 0,65, IC : 0,49-0,88), alors qu’aucune association significative n’a été constatée pour les fruits, les légumes ainsi que les jus de fruits et de baies.

 

En conclusion, la consommation de baies en particulier pourrait réduire le risque de diabète de type 2 chez les hommes.

 

Source: The American Journal of Clinical Nutriiton; February 2014 vol.99 no.2, 328-333