Types de diabète

Partager


Le prédiabète

Environ 1 Québécois sur 5 serait prédiabétique. Cette condition se caractérise par une glycémie plus élevée que la normale, mais pas suffisamment pour établir le diagnostic du diabète. Il s’agit d’un signal d’alarme. Les personnes prédiabétiques sont à risque de développer le diabète de type 2 à court terme, surtout si elles possèdent d’autres facteurs de risque, tels qu’être âgé de plus de 40 ans, avoir un surplus de poids, être inactif, avoir une histoire familiale de diabète, etc.
Bonne nouvelle, avec un changement d’habitudes de vie, la prévention du diabète est possible!
Pour plus d’informations, consultez le module du Programme PRIISME.

Le diabète de type 1

Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune qui se manifeste soit dès l'enfance, à l'adolescence ou chez les jeunes adultes et représente 10% des cas de diabète. Les personnes diabétiques de type 1 dépendent d'injections quotidiennes d'insuline pour vivre étant donné que leur pancréas n’en fabrique pas. À ce jour, les recherches scientifiques n’ont pas trouvé de moyen efficace pour prévenir ce type de diabète. Pour en savoir plus...

Le diabète de type 2

Le diabète de type 2 est la forme la plus fréquente de diabète (90% des cas) et se manifeste généralement à l’âge adulte. Plusieurs facteurs de risques prédisposent un individu à ce type de diabète. Certaines personnes peuvent en être atteintes sans le savoir, étant donné l’intensité très variable des symptômes . Dans certains cas, des modifications aux habitudes de vie permettent de prévenir le diabète de type 2 ou d'en retarder l’apparition. Le traitement du diabète de type 2, tout comme la prévention, inclut une saine alimentation, de l’activité physique régulière, une bonne gestion du stress et parfois une médication orale et/ou des injections d’insuline. Pour en savoir plus...
Pour connaître votre risque de développer le diabète de type 2 , faites le test!

Le diabète de grossesse

Aussi appelé diabète gestationnel, ce diabète apparaît vers la fin du 2e et au 3e trimestre. On le retrouve dans 2 à 4 % des grossesses. Il se manifeste par une augmentation de la glycémie qui survient uniquement lors de la grossesse. Il résulte d’une résistance des cellules à l’action de l’insuline causée par les hormones du placenta. Dans 80% des cas, il disparaît après l'accouchement, mais la mère est ensuite plus à risque de développer le diabète de type 2 dans les années qui suivent. Pour en savoir plus…

Recherche et rédaction: Équipe de professionnels de la santé de Diabète Québec
Septembre 2013